Les artistes‎ > ‎

Fondateurs


Guy Lessard
Guy Lessard (ténor) s’est mérité une 2e place dans la catégorie des chanteurs wagnériens lors du prestigieux concours de la fondation Liederkranz à New York en 200l. Il s’est également mérité une bourse de la Wagner Society de New York et une du Conseil des arts du Canada pour un projet Tristan  et Tannhäuser en 2003-2004.

Sa voix puissante et expressive lui permet d’aborder les principaux rôles dramatiques.  Il a interprété Siegmund (Die Walkür) et Tannhäuser (Wagner) et a participé à une série de concerts de musique romantique.  On peut également l’entendre à l’Opéra de Québec.  Il a chanté Alfred (Chauve-Souris) avec la société d’Art lyrique du Royaume et Don José (Carmen) avec le Chœur Les Rhapsodes. À l’occasion, il chante les grandes œuvres du répertoire sacré.

Avec l’Orchestre des jeunes du Québec, il a participé à l’enregistrement d’un disque de Noël. Sa fréquentation du  tango remonte à quelques années alors qu’il a été invité au Festival international de Lanaudière à participer à un concert intitulé « Tangopéra » avec Quartango, événement repris à quelques occasions. Il est également le créateur de  Tempêtes et Passions.







Alfred Marin

Alfred Marin (accordéoniste, gambiste, ténor) reçoit son premier accordéon à l’âge de dix ans. À vingt et un ans, il gagne sa vie et paie ses études universitaires en jouant de l’accordéon. Dans la région de Québec, plusieurs lieux consacrés ont vibré au son de son instrument.  Surtout, Le Moulin De Saint-Laurent à l’Île d’Orléans où pendant quatre années, lui et M. Johann Van Veen , contrebassiste, et alors propriétaire des lieux, assistés de leur chanteuse attitrée, Mme Danielle Bédard, ont fait la joie des gastronomes-mélomanes. Le Trio du Moulin est devenu par la suite le Trio Orléans avec  Hélène Lacasse, soprano bien connue dans le milieu de l’art lyrique.

Alfred Marin est actuellement professeur d’accordéon à l’école de musique l’Arquemuse de Québec. De sa carrière soliste, il faut retenir le 6 août 1995, où il a donné un récital à l’église Saint Louis de l’Île-aux-coudres pour le Domaine Forget. Juin 1999, où il était le soliste invité de L’Harmonie des Chutes de Lévis pour l'exécution de la Symphonie jazz de Dmtri Schostakovich. Et finalement, le 21 septembre 2006,date à laquelle M. Marin avait le plaisir de participer à un concert-hommage au cinéma québécois avec l ’ Orchestre Symphonique de Québec sous la direction de Gilles Bellemare et François Dompierre. Le 4 novembre 2006 Alfred Marin faisait partie du concert bénéfice pour l’AMIE comme accordéoniste avec Nathalie Choquette.

Compositeur à ses heures, Alfred Marin met en musique des légendes québécoises, enregistrées sur étiquette "Lyre" sous le titre de: Les cris du fleuve. En novembre 2007, son opéra : La Princesse au Grand Nez fut joué à l’Université Laval pour la plus grande joie des petits et grands. M. Marin signe plusieurs des arrangements du spectacle de Canciónes del Sol



Michel Mathieu

Michel Mathieu (trompettiste) débute la trompette à l’âge de 7 ans. Son père, tubiste et chanteur amateur, est son premier professeur. Quelques années plus tard, M.Mathieu joue comme son père dans l’harmonie de son quartier. Passionné de musique, il ne tarde pas à s’inscrire au Conservatoire où il étudie auprès de MM. Marc Boivin à Québec, Jean-Louis Chatel et Jacques Lecomte à Montréal.

De façon ironique, c’est le saxophoniste ténor Nick Ayoub qui l’a initié au jazz. Féru de culture, M. Mathieu est également diplômé en histoire de la musique. Musicien chevronné, il se produit depuis plus de trente ans sur différentes scènes du Québec dans des productions allant du jazz à la musique classique en passant par la musique lyrique, la comédie musicale, la musique religieuse et l’accompagnement de chorales. Toutefois, c’est auprès des enfants de la Commission scolaire de la Capitale qu’il partage tous les jours sa grande passion de la musique.










Luce Vachon
Luce Vachon (soprano) aborde un répertoire allant de l’opéra au récital, de la musique baroque aux œuvres contemporaines. Elle est appréciée tant pour ses interprétations empreintes d’émotions, que pour l’ampleur et la chaleur de sa voix. Elle a remporté le Prix Raoul Jobin décerné par l’Opéra de Québec en 1993.Par la suite, elle a également été finaliste du 30ième Concours national de chant de la Société Radio-Canada.

À l’Opéra de Québec, Luce Vachon a incarné le rôle-titre dans la Belle Hélène d’Offenbach sous la direction de Raffi Armenian. On a pu l’entendre au Festival de Lanaudière dans la production de l’Orchestre Métropolitain du Grand-Montréal, l’opéra Iolanta de Tchaïkovsky dirigé par Yanick Nézet-Séguin. Didon, dans l’opéra Didon et Énée de Purcell. Ses autres rôles comprennent Sieglinde dans Die Walküre, ainsi que Vénus et Élisabeth dans Tannhäuser de Wagner qu’elle a chanté en version concert dans une série de la compagnie « Tempêtes et Passions » dont elle est co-fondatrice.

Luce Vachon est invitée régulièrement par plusieurs ensembles et orchestres pour interpréter entre autres la Messe du couronnement, la Messe en do mineur et le Requiem de Mozart, le Messie de Handel, les Lauda per la Natività del Signore de Respighi, le Requiem de Fauré, Les Sept Paroles du Christ de Dubois ainsi que le Magnificat de Rutter. En 2009, elle était invitée à faire une tournée en Auvergne avec Les Poètes de l’Amérique Française. En mai dernier, elle interprétait Les Saisons de Haydn à Québec et à Montréal.

En 2010, Luce Vachon était la soliste invitée du chœur Les Rhapsodes pour la présentation du Requiem de Brahms, ainsi que La nuit de mai de Rimsky-Korsakov, en 2011, Les Rhapsodes la réinvitait pour chanter le Requiem de Mozart ainsi que le rôle de Didon dans l’opéra Didon et Énée de Purcell. La saison prochaine elle chantera les Valses de Brahms et aussi un concert intitulé La Musique des Mots..